L'affaire "ANSEJ" à la barre

6 ans de prison ferme et 95 milliards d'amende contre les principaux accusés



Hier, s'est ouvert au niveau du pole judicaire d'Oran l'affaire tant attendu de fuite de capitaux et entrave à la législation des changes, association de malfaiteurs et escroquerie. Le procureur a requis les peines de 6 ans et 18 mois de prison ferme assorties d'une amende de 95 milliards de centimes.

Cette affaire a éclaté suite à une plainte déposé en 2014 par un jeune porteur de projet B.M.A., qui avait décidé de lancer une entreprise de recyclage de plastique. A cet effet, il dépose, tout un dossier auprès de l’ Ansej, où il explique l'utilité de son projet et le but de son lancement, tout en demandant un crédit lui permettant d'acquérir une machine de recyclage de plastique en granulé. Cette dernière la machine devait être importé de Chine. Une étude de ce projet est ouverte par les responsables de l'ANSEJ. L'accord est alors donné par cette institution, et le dénommé R.T. est contacté par le jeune porteur de projet B.MA., , pour l’aider à importer son matériel. Il s’agit d’un importateur, représentant de la société chinoise Newly Industriel Ltd et propriétaire de RD2TT spécialisée dans l’importation de matériel industriel. Mais voila; après quelques mois, la victime B.M.A. se rendra compte qu’il vient d’être tout bonnement roulé. Alors qu'il attendait à recevoir une machine neuve pour un montant de 110.000 dollars USD, on lui envoie, un matériel usagé valant les 10 000 dollars. étonné par cette prise d'événement, la victime décidera de porter l'affaire en justice. Il déposera une plainte contre R.T. Les investigations entreprise par les enquêteurs et l'instruction, aboutiront à l’inculpation de ce dernier. Mais cette affaire ne s'arrêtera pas à cette accusation, toujours en cours les investigations arriveront à éclaircir plusieurs zones d'ombres dans cette affaire, plus d'une trentaine de personnes avait commandé des machins de chez ce prévenus et connaitront apparemment le même sort que la première victime. Comme on devrait aussi noter qu'un directeur de banque, la BEA khémisti a été mis en cause dans ces faits ainsi que d'autres prévenus dont les deux frères de ce premier, mis en cause. Hier à la barre du pole judiciaire d'Oran, cinq mis en cause ont été cité R.T, H.K.M, Kh.N, M.Dj, et R.F, pour répondre des griefs cités contre eux. Entendu le dénommé R.T. cité comme le principal mis en cause dans cette affaire niera les faits retenus contre lui expliquant qu'à) aucun moment il n'a importé de machine pour ce jeune porteur de projet, c'est une connaissance de quartier à qui j'ai voulu rendre service en l'aidant et voila où je me retrouve. Quant aux cadres de la banque de la BEA, eux aussi nieront les faits, jurant que les formalités dans pareil affaire ont été respectées. Quant aux témoins dont la représentante de cette même banque citée, elle expliquera que le travail de la banque portant sur ce projet a été examiné et conclut normalement. L'affaire a été mise en délibération. Zemmouri L.


>> Retour
les plus lus
>>L'argent du recouvrement en urgence !
>>La commission des métiers à haute pénibilité installée "prochainement"
>>Les souscripteurs ne décolèrent pas et organisent un énième sit-in
>>L’EGT au centre d’un grand scandale financier
>>Les voleurs se sont emparés cette fois de 650 millions de centimes
>>Naples s’intéresse toujours à Adam Ounas
>>Le wali inspecte les chantiers des Travaux publics
>>Les erreurs dans les actes notariés à l'ordre du jour, le 25 mai prochain
Nos dossiers
>>Harraga

Votre journal
en PDF

Divers
>>Heures des Prières
>>Pharmacies
>>Téléphones utiles
>>Urgences
>>Météo

Archives