Aquaculture à Chlef

La wilaya, leader national avec six fermes aquacoles


Avec six (6) fermes en aquaculture marine, concrétisées à ce jour, sur son littoral, la wilaya de Chlef occupe, actuellement, le leadership national dans le domaine, d’autant plus qu’elle a entamé, la semaine écoulée, sa première opération de pêche de daurade royale, au niveau du site marin d’Oued Goussine, dont l’ensemencement a eu lieu en juillet 2016.

La wilaya de Chlef occupe la première place nationale en aquaculture marine, a souligné, à ce propos, Abderrahmane Abed, directeur de la Pêche et des Ressources halieutiques de la wilaya, signalant la concrétisation, dans ce domaine, de six (6) projets, dont quatre (4) déjà en phase de mise en service, et deux (2) en cours de montage. Un avenir prometteur est ambitionné pour ce secteur, dont les prévisions de production tablent sur des captures d’au moins 600 tonnes de daurade royale et de moules, pour chacun des projets en question, a-t-il souligné, outre les offres d’emplois, qui seront assurées pour les enfants de la région, notamment, comme exigé des investisseurs du domaine, a-t-il ajouté, par ailleurs. Il a cité le financement personnel, comme l’un des facteurs-clé ayant contribué à l’accélération de la concrétisation de ces projets, non sans omettre les incitations accordées par le ministère de tutelle, à l’exemple des crédits à 0 % d’intérêt, pouvant atteindre les 170 millions de dinars pour un projet en aquaculture, avec la possibilité de remboursement après seulement 24 mois de son entrée en production. Le lancement de l’activité aquacole à Chlef a commencé début 2014, dans le cadre du programme national 2014-2020. Six (6) projets de fermes aquacoles ont vu le jour dans la wilaya, dont trois(3) sur les côtes de Béni Haoua, deux (2) à El-Marsa et un (1) à Sidi Abderrahmane, a indiqué le même responsable. Objectif de production de 3.000 à 4.000 tonnes de poisson, à l’horizon 2020 Selon le premier responsable du secteur de la Pêche à Chlef, l’objectif ciblé est d’atteindre une production aquacole de 3.000 à 4.000 tonnes à l’horizon 2020, afin, a-t-il dit, de concurrencer la production halieutique, estimée à près de 5.000 tonnes de poisson/an. Il a, à ce propos, loué la démarche du Gouvernement visant à assurer le maximum de chances de succès à ces projets, en exigeant, auprès des investisseurs concernés, des garanties quant à leur capacité financière à mener à bien leurs projets (sachant qu’il faut au moins plus de 300 millions de da pour six (6) cages flottantes). Quant à la chargée de l’aménagement de sites d’aquaculture, Zahra Sadek, elle a estimé que ces six (6) projets aquacoles vont apporter, au profit de la wilaya , un supplément de production d’au moins 3.600 tonnes de daurade et moules, dans l’attente du relèvement du nombre des cages flottantes en leur sein, notamment, suite à la réception des bases de vie de Sidi Abderrahmane (Ténès), d’une surface de trois (3) ha. Selon l’ingénieur en aquaculture, Hocine Bousna, la daurade et les moules sont des espèces, actuellement, ensemencées au niveau de la totalité des fermes aquacoles du littoral de Chlef, au vu de la réunion de conditions environnementales adaptées, a-t-il assuré. Il a précisé que la production des moules est une opportunité aisée pour tous les investisseurs du domaine car cette espèce est disponible sur tout le littoral algérien et son alimentation n’est pas couteuse comparativement à d’autres espèces de poisson, nécessitant l’importation d’alevins de l’étranger. Cinq tonnes de daurades à la ferme d’Oued Goussine La première opération d’ensemencement d’alevins en cages flottantes, réalisée en juillet 2016, au large de l’oued Goussine, a donné ses fruits début septembre courant, puisque son propriétaire a fait une capture de cinq (5) tonnes de daurade royale, qui ont été injectées sur la marché local. Ce volume de production est en conformité avec les objectifs visés, qui étaient de près de 600 tonnes, a assuré le promoteur de ce projet, Mahfoudh El-Makretar, se félicitant de la réussite de son projet à tous les niveaux, grâce à des compétences locales, a-t-il précisé. Il a souligné, à ce propos, s’être définitivement départi de l’expertise étrangère, après l’installation des cages flottantes. Sa ferme emploi actuellement 25 travailleurs permanents, issus de la région, en plus de cinq (5) saisonniers, dans l’attente d’atteindre 35 employés et 20 saisonniers, après l’extension programmée de son projet, avec quatre (4) nouvelles cages flottantes. Le foncier et les bases de vie des conditions sine qua non pour un succès durable Par ailleurs, Mme Zahra Sadek a souligné les efforts consentis par la direction de la Pêche de la wilaya, en vue de l’aplanissement des contraintes légales et administratives rencontrées par les investisseurs du domaine, en matière de foncier notamment. Elle a signalé l’aménagement programmé, avant la fin de l’année en cours, de zones destinées à l’aquaculture, tandis qu’il a été procédé à la distribution de 13 lots au niveau des bases de vie de Sidi Abderrahmane, destinés à être exploités dans des activités accompagnant les projets en aquaculture. La disponibilité de bases de vie pour abriter les opérations de tri, de stockage et de commercialisation de la production aquacole, est l’une des contraintes majeures rencontrée par les investisseurs du domaine, dont M. Mahfoudh El-Makretar, qui a fait part, à l’APS, des conditions pénibles, dans lesquelles sont réalisées les opérations de tri des poissons, à main nue, au niveau du site réservé à son entreprise au port de Béni Haoua. Il a déclaré avoir bénéficié d’une assiette foncière de la part de la Conservation des forêts de la wilaya, dont il veut faire une base de vie pour son activité. Mais, des contraintes administratives l’empêchent de concrétiser ce projet, a-t-il déploré. Approché à ce propos, le directeur de la Pèche de la wilaya a indiqué que la problématique, posée pour la ferme aquacole de l’oued Goussine, est dans le fait qu’elle est éloignée des zones d’activités disponibles. Il s’est, néanmoins, engagé à prendre les dispositions à même de lui faciliter l’obtention d’une assiette foncière proche de sa ferme, dans les plus brefs délais possibles, en application des orientations du ministère de tutelle, visant à accompagner ce type de projets, a-t-il ajouté. D’une longueur de 129 km, le littoral de Chlef englobe un port commercial à Ténès et trois (3) abris de pêche à Béni Haoua, Sidi Abderrahmane et El-Marsa, d’une capacité globale de 315 embarcations.


>> Retour
les plus lus
>>L'argent du recouvrement en urgence !
>>Les souscripteurs ne décolèrent pas et organisent un énième sit-in
>>La commission des métiers à haute pénibilité installée "prochainement"
>>L’EGT au centre d’un grand scandale financier
>>Les voleurs se sont emparés cette fois de 650 millions de centimes
>>Naples s’intéresse toujours à Adam Ounas
>>Le wali inspecte les chantiers des Travaux publics
>>Les erreurs dans les actes notariés à l'ordre du jour, le 25 mai prochain
Nos dossiers
>>Harraga

Votre journal
en PDF

Divers
>>Heures des Prières
>>Pharmacies
>>Téléphones utiles
>>Urgences
>>Météo

Archives