Macron sur le dossier de la mémoire:

« Je ne suis pas quelqu’un d’incohérent »



Interrogé sur la question de la mémoire, Macron a précisé, hier, que ses positions envers cette question "n'ont pas changé", souhaitant ouvrir une "page d'avenir" dans les relations algéro-françaises.

Le Président français pense qu’il n’y a pas de différence entre Macron candidat et Macron Président ! En effet, interrogé, en marge du bain de foule qu’il s’est offert à Alger-centre, sur si il y avait une différence entre Macron candidat et Macron président au sujet des crimes de guerre commis par la France en Algérie, le chef d’Etat a répondu qu’il n’était “pas incohérent”. “Je suis le même homme, donc je ne suis pas quelqu’un d’incohérent. C’est la même personne qui vous parle”. Le président français, Emmanuel Macron, a entamé mercredi une visite d'amitié et de travail en Algérie, à l'invitation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Le président français a été accueilli à son arrivée à l'aéroport international Houari Boumediene par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, qui était accompagné du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, du général de Corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, Chef d'état-major de l'Armée nationale populaire et du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.Le président français, Emmanuel Macron s'est recueilli mercredi au sanctuaire du Martyr à Alger, à la mémoire des Chouhadas de la glorieuse guerre de libération nationale. Accompagné du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah et du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, le président Macron a déposé une gerbe de fleurs devant la stèle commémorative des Martyrs de la Révolution nationale et observé une minute de silence à leur mémoire. Le président français, Emmanuel Macron, s'est offert mercredi une promenade pédestre à Alger-Centre dans le cadre de la visite d'amitié et de travail qu'il effectue en Algérie à l'invitation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Accompagné du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah et du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, le président français a été accueilli à son arrivée à la Grande poste par le wali d'Alger, Abdelkader Zouh et le président de la Commune d'Alger-Centre, Abdelhakim Bettache. Lors de cette promenade, le chef de l'Etat français a emprunté la rue Larbi-Ben M'hidi où il a serré la main et échangé des propos avec des citoyens attablés sur des terrasses de cafés ou se trouvant sur les trottoirs de la rue avant de se diriger vers la Place de l'Emir Abdelkader, un des grands symboles de la résistance algérienne contre l'occupation française. Le président français a achevé sa promenade en se rendant à la Librairie du Tiers Monde. Dans une déclaration à la presse, M. Macron s'est dit d'emblée "heureux" de l'accueil qui lui a été réservé lors de cette promenade. "Je veux transmettre un message au peuple algérien (à travers cette visite) que je veux une France aux côtés de l'Algérie et qui aide la jeunesse algérienne à réussir", a-t-il déclaré, ajoutant que le développement de la coopération bilatérale sera également un des grands dossiers de cette visite. "Notre mission est d'aller de l'avant et prendre des décisions structurantes pour les prochains mois et les prochaines années, notamment en matière économique et de sécurité collective", a-t-il souligné.


>> Retour
les plus lus
>>L'argent du recouvrement en urgence !
>>La commission des métiers à haute pénibilité installée "prochainement"
>>Les souscripteurs ne décolèrent pas et organisent un énième sit-in
>>L’EGT au centre d’un grand scandale financier
>>Les voleurs se sont emparés cette fois de 650 millions de centimes
>>Naples s’intéresse toujours à Adam Ounas
>>Le wali inspecte les chantiers des Travaux publics
>>Les erreurs dans les actes notariés à l'ordre du jour, le 25 mai prochain
Nos dossiers
>>Harraga

Votre journal
en PDF

Divers
>>Heures des Prières
>>Pharmacies
>>Téléphones utiles
>>Urgences
>>Météo

Archives