Relizane

L'investissement forestier, l'autre alternative économique


La conservation des forêts de la wilaya de Relizane n'est pas restée en marge de la nouvelle politique prônée par le ministère de l'agriculture et du développement rural visant à exploiter les potentialités de la forêt et les opportunités d'investissement qu'elle offre.

La Conservation des forêts se met ainsi au diapason des orientations de la tutelle, d'autant que la wilaya de Relizane est maintenue dans le cadre de l'investissement forestier avec toutes ses dimensions notamment la mise en application de l'autorisation d'usage" qui s'inscrit dans l'optique du développement forestier initié par le ministère de tutelle. L'autorisation d'usage en question est réglementée par l'arrêté interministériel du 06/11/2001 fixant la composition et le fonctionnement de la commission de wilaya chargée d'examiner les demandes d'autorisation d'usage sur les terres du domaine forestier national. L'arrêté interministériel est soutenu par la note n°1083 du 01/09/2001 émanant de la direction générale des forêts portant les conditions et les modalités d'autorisation d'usage sur les terres du DFN. La forêt qui constitue une ressource naturelle incontournable dans l'équilibre de la biodiversité devient ainsi un placement pour les investisseurs désireux de connaitre les nouvelles perspectives économiques qui s'ouvrent à eux pour la valorisation des richesses offertes par la forêt. Les responsables de la conservation des forêts de la wilaya de Relizane indiquent que trois activités sont éligibles à l'heure actuelle dans le cadre de l'autorisation d'usage à savoir l'activité d'élevage animal et végétal (pépinières, capriculture,oviculture, cuniculture, apiculture) et élevage cynégénitique ( espèces de la chasse). La durée d'exploitation de la parcelle de terre octroyée à l'investisseur est fixée à 20 ans renouvelables. La seconde activité ayant trait à la création des vergers arboricoles notamment les abricotiers, les amandiers et les oliviers entre autres, dont la durée d'exploitation est de 40 ans renouvelables. Enfin, les plantations forestières visant surtout la production du bois qui sera puisée surtout des arbres du sapin, cyprès, pin d'Alep et autres arbres. L'exploitant pourra bénéficier de la parcelle obtenue pour une période de 90 ans. Toutes ces activités sont autorisées à être exercées dans un périmètre forestier bien déterminé. Ce périmètre qui était de 4702 ha en 2004 a été réduit par les services cadastraux, où un prélèvement de 1950 ha a été effectué après assainissement, ces deux dernières années. Il faut signaler que cinq communes sont touchées par l'autorisation d'usage avec un périmètre retenu à cet effet de 268 ha attribués à 40 bénéficiaires. Cependant, il faut mentionner que les gens sont réticents peut être, faute de moyens financiers pour les investir dans ce créneau. Mais les plus nantis ont déjà entrepris les travaux générant quelques 80 postes d'emploi permanents. Par ailleurs, la création des forêts récréatives et de loisirs constitue l'autre volet d'investissement sur lequel tablent les responsables de la conservation des forêts. Ce créneau offre la détente, le délassement et les découvertes. L'on projette la concrétisation d'un projet à Kalâa sur un périmètre de 21 ha et un autre à Sidi Lazreg pour une même parcelle. On attend la publication de l'arrêté y attenant dans le journal officiel pour lancer les deux opérations. Trois autres propositions sont retenues pour un objectif similaire à Ammi Moussa (20 ha), Sidi M'hamed Benali (12 ha) et Hamri (09 ha). Ainsi, l'espace forestier est ouvert à tous dans le respect de l'équilibre naturel. A noter aussi que les responsables de la Conservation des forêts accordent de l'importance au volet de la culture des plantes médicinales et aromatiques avec des encouragements aux investisseurs dans le créneau. Le Romarin à Dar Benabdellah et Sidi Lazreg, l'Aromase blanche à Sidi M'hamed Benaouda, la Lavande à Zemmoura et Mendès, le Thym, le Genévrier, le Tuya de barbarie, l'Eucalyptus et le caroubier sont autant de plantes qui existent dans le patrimoine forestier de la wilaya. Abou Mustapha


>> Retour
les plus lus
>>L'argent du recouvrement en urgence !
>>Les souscripteurs ne décolèrent pas et organisent un énième sit-in
>>La commission des métiers à haute pénibilité installée "prochainement"
>>L’EGT au centre d’un grand scandale financier
>>Les voleurs se sont emparés cette fois de 650 millions de centimes
>>Naples s’intéresse toujours à Adam Ounas
>>Le wali inspecte les chantiers des Travaux publics
>>Les erreurs dans les actes notariés à l'ordre du jour, le 25 mai prochain
Nos dossiers
>>Harraga

Votre journal
en PDF

Divers
>>Heures des Prières
>>Pharmacies
>>Téléphones utiles
>>Urgences
>>Météo

Archives