« Premier règlement fondamental de l’école primaire »

Des assises sur l’enseignement à Mascara


Les assises sur l’école primaire se sont déroulées au niveau du Palais des congrès de la wilaya de Mascara sous l’égide du wali de la wilaya.

l’ouverture a été faite par le D.E.W précédée par une Minute de silence à la mémoire des chouhadas du crash de l’avion Militaire à Boufarik, suivi de l’hymne National, puis un bref discours et l’inauguration officielle de cette journée par le Wali de Mascara, M. Lebka Mohamed, qui a entamé la séance par la présentation de ses condoléances à l’Armée Nationale Populaire qui a perdu 257 personnes de ces valeureux soldats dans le crash de l’Avion à Boufarik et aux parents des victimes, ensuite, il a donné des orientations sur ce que devait faire sortir ces assises pour l’école primaire, le Wali disait qu’il a été décidé de faire ces assises suite à la demande des citoyens lors des sorties sur le terrain, sur les défaillances et les anomalies constatés au niveau de la gestion et même pédagogique, il faut penser au progrès de l’enfant et l’environnement de l’école. Un diagnostic était nécessaire lors des sorties pour faire sortir les carences, négligences et défaillances dans la gestion des écoles. L’école demeure une fonction et non une structure et demande la participation de tous. Après des assises sur le secteur de l’Agriculture qui ont montré que le secteur vivait dans des lacunes qui ne peuvent permettre son développement et son avancée vers le progrès, qui ont permis également au premier responsable de la Wilaya de connaitre certaines négligences commises volontairement ou involontairement, le Wali de Mascara, M. LEBKA Mohamed a jugé nécessaire de programmer des assises pour le secteur de l’enseignement, il voulait que le secteur soit sur des bases fondées sur la confiance, le dialogue et la transparence qui permettront de le faire émerger à travers des propositions qui se traduiront par des mesures réglementaires et contractuelles. Il faut qu’il soit un référentiel de compétences pour l’enseignement, conçu à l’origine pour permettre l’élaboration des programmes de formation des enseignants, qui constitue un élément essentiel du développement de la profession. La rationalisation des savoirs et des savoirs faire nécessaires pour l’enseignement et ceci peut se faire a travers une classification d’une certaine conception de la profession, d’un certain concept professionnel autour desquels se tissent les mesures structurantes de la profession. La compétence part du dispositif et le contenu de la formation initial, la certification, la formation continue et autre. Le développement rapide en éducation est fourni à partir des assises qui permettront la rationalisation du savoir et savoir-faire mobilisé dans l’acte d’enseigner favorisant le développement d’une expertise enseignante qui porte sur des études de diverses natures. La formation continue liée au concept d’apprentissage tout au long de la vie est un bien précieux qui est entièrement indispensable à conforter et améliorer les connaissances professionnelles de l’enseignant, ainsi qu’à lui permettre d’en développer de nouvelles connaissances. Le processus d’apprentissage qui est proposé à l’enseignant tout au long de sa carrière professionnelle est construit aussi bien autour des besoins remontant du terrain en lien avec les évolutions de la profession mises en avant par la recherche et par les expériences vécues dans le monde ici et ailleurs. Il est essentiel pour mettre en synergie les professionnels afin de leurs donner l’occasion de se ressourcer, d’échanger leurs pratiques, de partager les problématiques, de faire part de leurs émotions et sentiments, de nourrir, d’apprendre, de découvrir de nouvelles idées ou manières de faire ceci dans un espace de rencontre avec des intervenants de divers horizons par exemple des enseignants, formateurs, médiateurs scientifiques même ceux à la retraite et de divers structures. Pour être un bon enseignant on a des critères à remplir comme par exemple la maitrise de ses matières, des compétences didactiques et pédagogiques, la capacité de construire une relation avec les élèves et leurs familles et enfin avoir confiance dans le potentiel des élèves à progresser. Difficile métier que celui d’être enseignant, mais il faut savoir que ces qualités peuvent s’apprendre et se développer. Comment évaluer les enseignants? La réponse à cette question dépend de la D.E.W seul organe habilité à répondre. Ces assises ont également permis de soulever le problème de la gestion du transport scolaire et l’utilisation rationnelle des engins destinés au transport d’écolier, la gestion des cantines pas seulement au niveau de l’approvisionnement et la distribution des rations de la cantine centrale vers les écoles, mais la gestion au niveau de l’hygiène, l’évaluation de la ration, comment cette ration est servi à l’enfant et dans quelles conditions. Le comportement des maitres à l’école, dans la classe et devant l’élève. Pour la réussite de l’élevé, depuis plus d’une décennie, l’école Algérienne se trouve confrontée à un double défi, l’un externe et concerne les transformations rapides dans les domaines politiques, économiques et social, la consolidation de l’identité Nationale à travers l’officialisation de la langue Amazight, l’autre interne et concerne le système éducatif peut performant contenus dans des méthodes inadaptées, ce qui provoque un faible taux de réussite dans les examens et encourage la déperdition scolaire des élèves. Pour la pratique pédagogique, les spécialistes veulent aller avec les nouvelles pratiques pédagogiques qui ont vu le jour ces dernières décennies notamment autour de la professionnalisation, pour cela, la formation initiale et la formation continue de l’ensemble des personnels vise à doter les agents des compétences professionnelles indispensable à une constante adaptation aux évolutions du système éducatif et a l’accompagnement de l’élève. Bien que les résultats des examens de ces dernières années placent Mascara parmi les premières au niveau National, le taux de réussite dans les matières comme les mathématiques, Français et l’Anglais reste faible et insuffisant. Le succès dans les examens du BAC et BEM exigent la persévérance, le travail dur et la patience, ce qui offre un horizon d’opportunités et c’est un nouveau départ pour la réalisation des rêves de tout élève. Et c’est une obligation pour le Gouvernement afin d’enrichir le secteur professionnel. Pour dynamiser la vie scolaire, les élèves doivent travailler ensemble pour progresser et construire son avenir personnel et professionnel. Au-delà de leur scolarité, dans le sens d’une grande équité, l’école permet aux élèves d’acquérir les compétences indispensables à la vie en société au plein exercice de leur citoyenneté, responsabilité, ouverture aux autres, respect de soi et d’autres, exercice de l’esprit critique. B. Zouhier


>> Retour
les plus lus
>>La commission des métiers à haute pénibilité installée "prochainement"
>>L'argent du recouvrement en urgence !
>>L’EGT au centre d’un grand scandale financier
>>Les souscripteurs ne décolèrent pas et organisent un énième sit-in
>>Les voleurs se sont emparés cette fois de 650 millions de centimes
>>Les erreurs dans les actes notariés à l'ordre du jour, le 25 mai prochain
>>Naples s’intéresse toujours à Adam Ounas
>>Le wali inspecte les chantiers des Travaux publics
Nos dossiers
>>Harraga

Votre journal
en PDF

Divers
>>Heures des Prières
>>Pharmacies
>>Téléphones utiles
>>Urgences
>>Météo

Archives