Tiaret – Archéologie

Une équipe de l’université d'Alger 2 en mission de fouilles à Ladjdar


Une équipe de l’université Alger 2 a entamé, samedi, une mission de fouilles dans le site archéologique de Ladjdar, commune de Medroussa (wilaya de Tiaret), dans le cadre de la valorisation et l'aménagement des sites et monuments archéologiques, a-t-on appris du directeur de wilaya de la culture, Benali Amcha.

Cette mission scientifique est menée par 30 chercheurs dont des étudiants de master et doctorat de l’Institut d'archéologie de l’université, encadrés par le Pr. Mustapha Filah et le président du laboratoire de l’Office national de gestion et d'exploitation des biens culturels protégés, Mustapha Dorbane, a indiqué le même responsable. Cette mission scientifique consiste, sous l'égide du Directeur général de l’Office national de gestion et d'exploitation des biens culturels, à prendre les mesures des pierres et des vides dans les murs et à rendre chaque pièce à sa place, a précisé Benali Amcha, soulignant qu'elle a pour objectif de préserver ce site archéologique et de le protéger de l'usure par des facteurs naturels et le temps. L'opération de la mission porte aussi sur l’aménagement externe du site de Ladjdar composé de sépultures sous forme pyramidale intégrées au dossier soumis par la direction de la culture de la wilaya de Tiaret au ministère de tutelle, selon la même source. Situé à 7 km de la commune de Medroussa, au sud-ouest du chef-lieu de wilaya, le site de Ladjdar est composé de deux ensembles de nécropoles pyramidales érigées durant les 5ème et 7ème siècles par des descendances berbéro-mauresques. Le premier ensemble comprend trois sarcophages situés au mont Lakhdar, classés patrimoine national en 1968, le deuxième est composé de dix autres sarcophages sur les hauteurs du mont El Aroui, selon une fiche technique du site. Les sépultures pyramidales englobent des dessins et des gravures rupestres d’animaux. Par ailleurs, un autre groupe de recherche est attendu le 23 avril en cours à la station des gravures rupestres de Kef Boubekeur dans la commune de Dahmouni. Il sera conduit par le professeur Suheila Merzoug de la même université, pour achever une mission scientifique de fouilles, selon le même responsable. La station de gravures rupestres remontant de 1.000 à 6.000 ans avant l'ère chrétienne comportent des écrits berbères et des dessins d’animaux dont l’éléphant, l’autruche, le lion. Ce site a été classé au niveau de la wilaya il y a une année, en attendant la décision du ministère de la Culture pour son classement comme monument archéologique national.


>> Retour
les plus lus
>>La commission des métiers à haute pénibilité installée "prochainement"
>>L'argent du recouvrement en urgence !
>>L’EGT au centre d’un grand scandale financier
>>Les souscripteurs ne décolèrent pas et organisent un énième sit-in
>>Les voleurs se sont emparés cette fois de 650 millions de centimes
>>Les erreurs dans les actes notariés à l'ordre du jour, le 25 mai prochain
>>Le wali inspecte les chantiers des Travaux publics
>>Naples s’intéresse toujours à Adam Ounas
Nos dossiers
>>Harraga

Votre journal
en PDF

Divers
>>Heures des Prières
>>Pharmacies
>>Téléphones utiles
>>Urgences
>>Météo

Archives